Accueil > Historique
Présentation
News
L'amicale
Calendrier
Historique
Chronologie
Sondre Norheim
L'esprit Telemark
Technique
Matériel
Les compétitions
Sécurité
Forum, Blogs & liens
Galerie et vidéos
Cours et formations
Medias
     
ET TOUT COMMENCA

Dès la préhistoire, les habitants des régions nordiques ont dû composer avec la glace. Très vite, ils ont trouvé le moyen de se déplacer sur la neige.

Les gravures rupestres découvertes sur l’île de Rödöy, en Norvège, datées de 2000 à 2500 avant J.-C. l’attestent : la pratique du ski existe depuis 4000 ans. En effet, elles représentent un homme qui se déplace avec deux grandes lattes aux pieds et qui paraît trouver l’équilibre avec un grand bâton.

Le matériel mesure entre 3 et 4 mètres de long et le virage ne fait pas encore partie du vocabulaire de ce moyen de déplacement. En outre des fragments de skis datant vraisemblablement de la même périodes ont été retrouvés dans plusieurs marécages. Le ski de Hoting, sans doute le plus vieux ski du monde (4500 ans) est visible au musée de Stockholm. Pourtant, certains historiens remontent encore plus loin dans le temps et situent la naissance de l’ancêtre du ski dans l’Altaï, près de la Sibérie et la Mongolie.

Dans la mythologie norvégienne, les poèmes épiques font constamment référence aux skis et à la chasse. Le dieu du ski, Ull, et la déesse du ski et de la chasse, Skade, sont des personnages importants. L'Islandais Snorre Sturlason (1179-1241) confirme dans ses sagas des rois norvégiens que le ski était déjà à l'époque un moyen de déplacement habituel en hiver. Il rapporte que les Lapons étaient, eux aussi, des skieurs accomplis.

Pendant de longs siècles, le ski en reste à ses balbutiements (le seul moyen de s’arrêter est la chute !) et se pratique surtout en terrain plat. Son utilisation est réduite aux pays nordiques et c’est un moyen de transport et non une discipline sportive. Même si quelques acrobates s’aventurent sur les toits des maisons qui servent de tremplin pour effectuer des sauts, les seuls à s’intéresser au ski sont les militaires scandinaves, dans un but uniquement guerrier et sans apporter de modifications techniques notables.

LE VRAI BOULEVERSEMENT SE SITUE AU MILIEU DU XIXe SIECLE

Depuis plusieurs millénaires la technique du ski n'a pas évoluée. Entre 1850 et 1860, les skieurs évoluaient sur des planches d'environ 2,50 m (imaginez une conversion par exemple !) et avec un bâton. (Les deux bâtons datent de 1912 dans notre histoire du ski). 

A cette époque, Sondre Norheim, un menuisier norvégien, trouve fastidieux de rejoindre son village à pied, alors qu’une fantastique pente neigeuse relie sa maison au village. Or, emprunter cette pente avec les skis de l’époque s’avère bien trop dangereux. Il faut absolument ralentir la vitesse.

Inventif, Sondre Norheim, met au point une technique révolutionnaire qui permet de tourner en descente. Il décide de modifier la forme du ski. Un ski en taille de guêpe et une planche avec fixation rigide en osier qui entoure et maintient le pied lui permettant de virer de gauche à droite. Avant de tourner, il doit effectuer un grand pas, le genou intérieur est fléchi (et oui la génuflexion est née) et les skis convergents. Sondre Norheim donne à sa technique le nom de sa province : le Telemark.

Immédiatement, le succès est foudroyant, et le Telemark est adopté par les Nordiques. Grâce à lui, le ski devient le sport national de la Norvège. Pourtant, même s’il attire les curieux, il reste circonscrit aux pays nordiques.

Certains s’enthousiasment cependant. Ainsi, en France, Henri Duhamel découvre le ski à l’exposition universelle de Paris en 1878.

Intrigué par cet objet mystérieux, il tente d’en comprendre le fonctionnement mais, comme il l’écrira lui-même un peu plus tard : «  Je me trouvais aussi embarrassé d’en tirer convenablement profit qu’une carpe peut l’être d’une pomme ». Il parvient cependant à utiliser ses skis puisqu’il se lance avec ses amis dans des ascensions à skis à la Croix de Chamrousse, près de Grenoble. Il invente même « l’arrêt Briançon » (une chute sur le côté).

Mais il faut attendre l’exploit de Fridtjof Nansen pour donner au ski une réputation mondiale. Sportif et scientifique, ce Norvégien caresse le projet de traverser le Groenland.C’est chose faite en 1888, lorsqu’il accomplit cet exploit à skis. L’aventure connaît un retentissement mondial. Nansen ne devient pas seulement un héro national en Norvège, il acquiert une notoriété qui dépasse amplement les frontières du pays. Le récit de son projet, consigné par écrit, attire les aventuriers et donne définitivement au ski une dimension sportive.


  Cliquer sur l'image pour voir le film

DU TELEMARK AU SKI ALPIN

En 1890, c’est un lecteur admiratif de Nansen, l’Autrichien Zdarsky, qui entre en scène. En possession d’une paire de skis nordiques, il constate vite que ces planches sont assez inadaptées pour réaliser des prouesses sur les fortes pentes des Alpes. L’idée lui vient alors de raccourcir ses skis pour permettre des virages sur les pentes. Il met également au point des fixations métalliques : une talonnière en fer évite le glissement latéral du pied et un ressort en assure la stabilité.

La technique de Zdarsky s’impose comme une véritable réponse au problème posé par les Alpes. Sa réputation de « père du ski alpin » n’est donc pas usurpée.

Des compétitions sportives vont alors opposer les skieurs alpins adeptes de la technique Zdarsky appelée «  lilienfeld » et les skieurs nordiques tenants de la tradition. Or, malgré son ingéniosité, le ski alpin est encore neuf et les skieurs qui le pratiquent ont dû mal à s’imposer face à la technique nordique de Sondre Norheim, forte d’une véritable expérience. Jusqu'en 1900 le telemark domine le monde du ski et les innovations technologiques apportés par SONDRE NORHEIM permettent d'innombrables possibilités.

Les années 1920 permettent au ski alpin  d’acquérir une réelle puissance. Le champion Hannes Schneider décide d’en codifier la technique. Il fixe le talon et invente le stem Christiana, (du verbe « stemmen » qui signifie « appuyer »)appelé technique « Alberg » En 1924 Bilgeri réalise une synthèse pour obtenir le Stemm-Bogen (ski alternativement parallèles et convergents).

 Un peu plus tard, en 1937, c’est un français Emile Allais, qui révolutionne à son tour le ski en imposant sa technique parallèle et en affirmant : « le virage Telemark ne correspond plus à la pratique actuelle du ski de descente ». Constatations qui ne fait qu’entériner les faits : en ce qui concerne le ski alpin, le Telemark tombe dans l’oubli.

Déjà, à partir des années 1929, l’univers du ski s’est scindé en deux parties :     

- Aux Nordiques : le ski de fond et le saut

- Aux Alpins : le slalom et la descente

Les premiers jeux Olympiques d’hiver qui se déroulent à Chamonix en 1924 (300 coureurs et 16 nations), séparent les différentes disciplines du ski et connaissent un impact international. Le ski sportif est né. Il lui reste à devenir encore un loisir.

LE TELEMARK « LE RETOUR »

Ayant "purgé sa peine" il réapparaît en 1974 aux USA. Deux suédois dépoussièrent une photo trouvée dans un grenier, et décident de faire renaître cette technique en Scandinavie. La résurrection de "papy telemark" est timide jusqu'en 1990. Mais l'explosion des nouvelles glisses (snowboard, freeride, etc..) booste et commence à dépoussiérer cette image vieillotte dont le telemark souffre tant.