Accueil > Sondre Norheim
Présentation
News
L'amicale
Calendrier
Historique
Sondre Norheim
La Prière
L'esprit Telemark
Technique
Matériel
Les compétitions
Sécurité
Forum, Blogs & liens
Galerie et vidéos
Achat-Vente
Cours et formations
Medias
     
SONDRE NORHEIM, LE PIONNIER DU SKI

"L’histoire de Sondre commence en Norvège à Morgedal dans la contrée de Telemark. Il est né le 10 juin 1825 à Øverbø dans une petite ferme nichée dans le Hillside. A cette époque environ 500 personnes vivaient dans ce village méridional de la Norvège.

Là-bas il passe son enfance avec ses grands-parents, ses parents Ingerid et Auver, ainsi que son frère ainé Eivind. La famille était pauvre, tout comme ses descendants qui ont toujours œuvrés au travail de la terre.

Par la suite Auver emmène sa petite famille dans une petite ferme appelé Kvæven pas loin de Øverbø. Ils passent une courte durée de leur vie ensemble avant qu’Ingerid décède. Sondre avait alors 2 ans et son frère 4 ans quand ils perdent leur mère.

Peu après, Auver retourne avec ses deux garçons chez les grands-parents à Øverbø. La famille reste là jusqu’à ce que Auver se remarie avec Anne. Une fois marié ils retournent à Kvæven où naîtra un autre enfant appelé Ingerid.

Enfant animé et actif, Sondre trouvait les alentours de Morgedal aussi beaux que géniaux pour s’addonner à différentes activités autant hivernales qu’ estivales.

Sondre aimait les collines d’hiver dans le Morgedal. Aussi souvent qu’il pouvait il mettait ses skis en pin que son père lui avait fabriqués. Chacun savait que lorsqu’il s’évadait dans les collines avec l’élan de son sauvage « snow dancing » ; il était difficile de le ramener à la maison ! Son père n’était pas toujours très heureux à ce sujet, car il estimait que les enfants devaient partager le travail familial à la ferme. Mais ses parents ont trouvé nécessaire de faire des exceptions concernant les agissements et les rêves de nature de Sondre.

Anne exprimait ses sentiments en disant : « il est mieux d’avoir 10 Eivinds qu’un Sondre ».

Apprendre à lire et à écrire n’était pas si intéressant pour Sondre. Il touvait beaucoup plus agréable d’être dehors à s’amuser et à skier dans les collines que de lutter avec un livre de lecture. Il a d’ailleurs une fois jeté son livre d’ABC au feu !

 

Quand les collines l’appelaient il n’hésitait pas à répondre : « j’arrive ! ». Sans peur il descendait droit en bas les collines les plus dangereuses. Les gens des environs disaient qu’il semblait être né sur les skis et que pour lui, skier était son moyen naturel de se déplacer.

“Penses tu qu’il est possible de sauter par dessus le toit de la maison, Eivind ?” Demanda Sondre à son frère.

« N’y pense pas, Sondre. »

« Fais-le »

Ainsi les deux garçon ont pris une échelle et l’ont reliée du toit au sol derrière la maison, l’ont couvert de planches et de neige.

«J’y vais » cria Sondre du haut de la colline.

À l'intérieur de la petite maison Anne et Auver ont entendu ce bruit mystérieux du toit, ils ont alors couru à la fenêtre et se sont penchés dehors pour voir Sondre sauter d'une manière extravagante du propre toit de leur petite maison.

Le ski était une activité populaire à Morgedal. Le dimanche les enfants et les adultes se rencontraient pour discuter des capacités des skis et des techniques et pour s’éclater sur les pentes raides. Et Sondre devint une inspiration forte à un âge jeune.

En raison de la nature espiègle de Sondre, il aimait être où l'amusement était.C’était un excellent danseur et il faisait l’unanimité dans des soirées en faisant le show, en jouant du violon, en dansant et draguant.

 

Sondre a également éprouvé des douleurs. Notement en amour avec la fille de la ferme Kleiv, il lui a correctement demandé de l'épouser. Mais les parents de la fille ont refusé la proposition. Ce n'était pas un pauvre garçon de fermier qu'ils avaient esperé pour leur fille. La fille était d’une famille riche, et Sondre était totalement pauvre.

Plus tard il a rencontré Rannei Åmundsdotter. Sondre l'a repèrée dans les collines, observant silencieusement ses danses audacieuses dans la neige. Elle s’est avéré être une personne déterminée, douce, manièrée avec de beaux et longs cheveux et un talent pour la couture comme personne à Øyfjell, un village voisin.

Sondre a été attiré par la personnalité de Rannei et par sa douceur. Après leur mariage le 15janvier 1854, ils se sont déplacés au Kasin où Sondre a construit leur première maison. Kasin avait la même style de vue merveilleuse vers le bas de la vallée comme à Øverbø. Ils appelèrent cet endroit « la contrée de Sondre »

Etant un bon artisan comme son père, Sondre a fait beaucoup de différents travaux. Il a fait et a vendu beaucoup de choses utiles, telles que des meubles, des outils, des skis et également des violons. Il était également un charpentier et parfois prodiguait même des services en tant que docteur en faisant des visites à domicile aux voisins locaux.

En mars 1854 leur première fille, Ingerid est née. L'année suivant  cétait le tour d’Hæge mais elle décéda à l’âge de 15 semaines seulement. L'année suivante Olav naquit et puis une autre fille qu'ils ont appelé Hæge. Puis Anne, Auver, Åmund et Talleiv pointèrent le bout de leurs nez.

Sondre et Rannei ont perdu un deuxième enfant quand la petite Auver venait de fêté ses douze ans.

La famille s'est déplacée dans différents endroits autour du Morgedal. Leur dernier endroit Sondre l’a appelé le « Norheim », qu'il a également pris comme nouveau nom de famille. (précédemment il s'est appelé Sondre Auverson, voulant dire le fils d'Auver) La famille a vécu à Norheim pendant vingt années.

Même avec des responsabilités d'une grande famille, Sondre ne pouvait vivre sans dépenser son temps dans les collines en skiant. Le ski était sa passion, son évasion, sa manière de survivre. Sur les pentes il pouvait être lui-même. Dans ces conditions il se sentait vivre pleinement.

Mais le fait d’être loin de sa famille pendant ces périodes lui donnait la sensation d’être coupable en laissant Rannei seule à la maison. « Rannei a choisi d'avoir une mauvaise mémoire », dit-il. « C’est la seule chose qui peut la sauver du désespoir ». Heureusement, Rannei a également compris le besoin de Sondre.

Pendant ses nombreuses sorties sur les pentes raides, Sondre n’hésita pas à s’expérimenter avec des terrains provocants. Pour manoeuvrer comme il voulait entre les arbres et les falaises à grande vitesse, ses skis étaient solidement attaché au pied. De cette façon il compris qu'il serait plus facile de tourner avec un ski dont les côtés seraient légèrement incurvés.

Etant un excellent artisan il pouvait créer l'équipement dont il avait besoin (fixation avec des courroies autour du talon et des skis plus courts et incurvés). Avec ces améliorations du matériel, c’était bien plus facile et amusant de skier dans les collines ; il pouvait même aprofondir et développer des nouvelles techniques de rotation et de style.

Dans le Morgedal, Sondre était incontestablement le maître des pentes. Au fil des années, quelques paroles au sujet de ce skieur acrobatique arriva jusqu'à la capitale du pays. Le 9 février 1868 il a été invité à participer à la toute première compétition nationale de ski à Iverslokken proche de Christiania (actuellement Oslo).

Sondre était enthousiaste au sujet de l'invitation, et en outre, il y avait de l’argent à gagner ! En même temps que deux camarades de Morgedal, il a skié pendant trois jours pour atteindre la capital, pourtant éloignée de 200 kilomètres !

A 42 ans, Sondre gagna la compétition avec brillance, bien que plusieurs de ses concurrents avaient 20 ans de moins. Tout le monde était époustouflé par son exécution stupéfiante, ainsi titraient les journaux.

En utilisant les mêmes skis, le même style et la même technique que dans le Morgedal, il a étonné les assistances de la capitale. En fait, personne n’avait jamais rien vu de pareil auparavant.

Les années suivantes, Sondre participa à plusieurs autres concours. De retour au Morgedal, il passa son temps à enseigner le ski aux enfants.

Mais les temps étaient durs. La pauvreté et le surpeuplement ont forcé beaucoup de monde à s’émigrer de la campagne norvégienne. Les premiers émigrants de Morgedal sont partis pour l'Amérique dès 1842. Après beaucoup de réfléxtion, Sondre et sa famille ont également pris la décision de partir, en espérant trouver mieux sur d’autres terres.

Le 30 Mai 1884 Sondre et Rannei quittent la Norvège ainsi que leurs trois enfants Anne, Åmund et Talleiv. Leur fils Olav et leur fille Hæge était déjà parti plus tôt, quant à Ingerid leur fille ainée, elle décida de rester sur ses terres.

Après un certain temps au Minnesota, la famille s'établi au Dakota du Nord où la vie de prairie ne fut pas plus facile.

La famille lutta pour cultiver leur domaine dont la prairie n’offrait pas des qualités prospères à la culture. Pour Sondre c’était une lutte supplémentaire, car il était nostalgique à sa Norvège natale. Il pensait aux collines et à la nature du Morgedal.

Mais les voisins disaient toujours qu'une paire de skis était toujours placée devant la porte de sa maison, et qu’on pouvait le voir skier de temps en temps le long des plates prairies.

Sondre et Rannei avait du plaisir à rencontrer leurs voisins (les Nelson) de l'autre côté du fleuve. Pendant l'hiver Sondre et Rannei traversait à ski le fleuve gelé pour leur rendre visite. Les Nelson appelaient Rannei « Lena Claypipe  » en raison de sa forte dépendance pour ses pipes de tabac.

Leur fils Olav considérait beaucoup Sondre, car il voulait apprendre à skier. Et il n'était pas difficile de le demander Sondre.

Après avoir prêter ses skis à Olav, Sondre fabriqua un saut à partir de bois de construction et des planches, couverts de paille et de neige. Il a eu toute la patience du le monde avec Olav, et ils passèrent beaucoup de jours à parler des techniques de skis sur ces plates prairies !

Sondre avait un intérêt pour la religion, bien qu'il allait rarement à l'église pendant les hivers du Morgedal. Maintenant il participait plus volontier aux offices. Il aida même à la construction d’une petite église près de Villard. Sondre trouva le confort en Dieu, particulièrement pendant les périodes dures et isolées de sa vie.

Sondre mourru le 9 mars 1897 et a été enterré sur la prairie près de Denbigh. Malheureusement, la tombe de Sondre est restée sans inscription pendant 68 ans. Peu après sa  mort, Rannei s'est déplacé en Orégon, où elle y vécu jusqu'à sa mort.

Une de ses petites filles, Dorothy Lyon (la fille de son fils Åmund), s'est senti plutôt très proche de Sondre après avoir écouté les histoires d’Åmund au sujet de son père.

Elle a vraiment voulu savoir où Sondre était enterré, et après avoir lu son histoire dans une encyclopédie, elle se lança à la recherche de sa tombe. Celle-ci a été identifiée en 1965 et la pierre tombale de Sondre a été gravée pour le posterité".

“IN MEMORY OF

SONDRE NORHEIM

PIONEER AND CHAMPION OF MODERN

SKIING. HE DEVELOPED SLALOM AND

INTRODUCED THE TELEMARK AND

CHRISTIANIA TURNS.

BORN 1825 IN MORGEDAL, TELEMARK, NORWAY. DIED IN THE UNITED STATES 1897”


Images et extrait du texte tirés du site www.sondrenorheim.com

Document Video Morgedal 1860 - 1890.mpeg 4.55Mo